14 février 2014

Dernière plainte

N'ayant aucunes nouvelles de la plainte du 18 septembre 2012 au sujet de la dissimulation du travail des enfants, de l'abus de confiance qui a permis cela ainsi que de mon opposition méprisée à l'utilisation de l'image de Mila (est-ce que la plainte est enterrée par le procureur Sénéchal ?) ni du défenseur des droits, M Baudis - blanchi après l'affaire Alègre et promut à ce poste - après mes saisines pour défendre le droit des enfants de ne pas être exploités, et pour l'abus de pouvoir ayant permis de m'empêcher de prendre Mila au double faux prétexte violation de domicile non violé et encore conjugal (sic) avant la requête en divorce, je publie ici la plainte du 29 janvier 2014 (sera-t'elle aussi enterrée par leur "justice" de réseaux mafieux et criminels ?) :



Je me présente ce jour à votre unité pour dénoncer de nombreux faits, moi même et d'autres personnes ayant participé au tournage du film TOM LE CANCRE distribué par REEL SUSPECTS. Le tournage a eu lieu pendant l'été 2011. Mon ex femme a amené MILA ma fille au casting et au premier jour de tournage sans m'avertir. A l'époque nous étions déjà séparés avec mon ex épouse depuis juin 2010. Nous avions mis en place une résidence alternée pour la garde de notre fille. Mon ex m'a averti que ma fille avait été retenue pour le tournage. J'ai donc à l'époque accompagné MILA pour le tournage qui se déroulait au coin de mon potager. J'ai demandé l'autorisation de faire des photographies. Une dizaine de jour après, j'ai été engagé comme photographe pour le tournage de ce film qui n'était pas un atelier pédagogique pour les enfants. Je précise que j'ai été engagé au même titre que les autres membres de l'équipe. Nous étions payés seulement sile film marche. Appel à bénévolat pour entreprise à but lucratif. Il s'agissait de la société de production numéro 7 qui était présenté sur le clap et la session de droit. -----------­

Je me tourne ce jour vers vous pour seulement préciser que j'ai signé un document qui cessait les droits à l'utilisation de l'image de ma fille MILA ------

Après mon opposition affirmée depuis avril 2012 à l'utilisation de l'image de mon enfant, je constate que je subis des pressions. En effet j'ai fait appel à Monsieur TERRASSE député et qui était à l'époque encore président du conseil général et donc responsable de la protection de l'enfance en tant que médiateur dans le conflit qui m'oppose à la production de ce film. En effet j'ai demandé des contrats de travail pour mon enfant et moi même, chose qui nous a été refusé par ERIC LANGLOIS, le gérant de la société de production numéro 7. Je n'ai jamais été payé. Manuel PRADAL m'avait proposé 8000 ou 9000E payé si ça marche. Je n'ai jamais signé de contrat.. Monsieur TERRASSE est allé le 29 septembre 2012 à la projection du film à PIERRELATTE. Il avait été antérieurement alerté par un courriel ,de mon opposition à l'utilisation de l'image de MILA et alerté du travail dissimulé des enfants du tournage selon NADINE MARZIVE a la DIRECCTE de PARIS. Il n'a donc pas respecté mon autorité parentale. Je tiens à préciser également que le parquet de PRIVAS avait été également informé de mon opposition ainsi que l'inspection du travail de PARIS, et du siège de la production. ------­

Tous ces faits se déroulent avant l'ordonnance de non conciliation qui me prive de l'exercice de rautorité parentale au motif de conceptions opposées sur la vie et l'éducation de notre enfant, conception que j'ignore après les avoir demandées et que j'ignore encore à ce jour. Je pense alors que tous mes problèmes pour la garde de notre enfant sont liés aux intérêts commerciaux du film voir même pour des raisons politiques exprimées sur le site internet de LIBERATION; J'ai déposé plainte pour menace en 2009 à ce sujet.

Je soupçonne donc un gros trafic d'influence dont monsieur RENE SOUFFLARD qui a fait une attestation en justice contre moi (inversion accusatoire). Ce dernier m'a dit être un franc maçon et au grand orient de France à PARIS. Il fait parti de l'atelier vidéo de mon ex femme. Je porte plainte contre lui pour faux témoignage ainsi que pour le faux témoignage de FABIENNE FLEURY qui était ma maîtresse et qui est maintenant une grande amie de mon ex epouse Elle a fait une attestation mensongère contre moi dans le cadre de notre divorce et elle fait partie aussi de l'atelier vidéo. Je ne sais pas si elle fait partie des francs maçons.
Je pense que le parquet de PRIVAS, Monsieur TERRASSE, la DIRECCT de la sarthe qui s'occupe de la production du flm, le Dauphiné libéré et l'éducation nationale font partis de cette affaire et je pense qu'ils sont influencés par la franc maçonnerie.
Je constate les effets néfastes de ta corruption morales consistant a impliquer les personnes dans l'exploitation d'enfants par l'entreprise prestigieuse du cinéma et la démonstration que l'on a raison de mentir lorsque le tort est infligé à celui qui s'en révolte en l'espèce en m'enlevant mon enfant en toute mauvaise foi.

- - ­ Je retire toutes plaintes concernant mon ex femme en date du 18 septembre 2012, ne sachant pas si elle est victime ou complice de la corruption morale. Je désire restaurer une relation parentale satisfaisante pour notre enfant en commun.-- - - - - - - - - - ­

J'ai l'honneur d'informer le parquet de PRIVAS de ma désobéissance civile consistant à continuer mon habitude d'aller dire bonjour régulièrement à ma fille à l'école, malgré le courrier de la JAF de PRIVAS adressé a la directrice de l'école qui informe que je n'ai pas ce droit de visite, chose qui est vraie.---­

Vous me remettez une copie de ma déclaration.----­

Lecture faite par moi des renseignements d'état civil et de la déclaration ci-dessus, j'y persiste et n'ai rien à changer, à y ajouter ou à y retrancher.

A BOURG SAINT ANDEOL 07700, le 29 janvier 2014 à 11 heures 00 minute.
Plainte en PDF