18 février 2013

Festival International du Film d'Amour de Mons

(avec le soutien d'Euro Millions)

« Tom le cancre » a été sélectionné pour la compétition organisée par ce festival belge (FIFA) parmi 12 films.
« La sélection de la Compétition Internationale rassemble un panel équilibré d'oeuvres issues du monde entier et abordant la thématique de l'Amour sous des angles particulièrement captivants et inédits. Ces films seront ainsi appréciés et jugés par les membres du Jury International, composé d'experts et de professionnels du 7ème Art. Leurs opinions ainsi que leurs décisions permettront de remettre les Coeurs de Cristal du « Val Saint-Lambert » qui récompenseront, entre autres, le meilleur film, le meilleur comédien, la meilleure comédienne, le meilleur scénario et le Coup de Coeur du Jury. »
J'ai eu au téléphone la semaine dernière une femme qui était au courant de la perte de mon autorité parentale et de mon opposition à l'utilisation de l'image de mon enfant. Aujourd'hui le responsable de la programmation, Monsieur Dieu, m'a raccroché au nez en me renvoyant à la production, affirmant qu'il n'avait pas le temps pour ça. Sur le site de ce festival la fiche de « Tom le cancre » présente l'association loi 1901 Lanterna Magica comme production, or son président Manuel Pradal a déjà méprisé à plusieurs reprises mon opposition (sanctionnée INJUSTEMENT après par la perte de mon autorité parentale).

Voici la copie du mail envoyé au délégué général Monsieur André CEUTERICK :
Bonjour Monsieur,

Dans le cadre de votre festival international du film d'amour de Mons est projeté le film "Tom le cancre" de Manuel Pradal.
Vous présentez ce film comme une production "Lanterna Magica". Or "Lanterna Magica" est une association loi 1901 à but non lucratif, et pourtant, sans visa d'exploitation (CNC) ce film qui n'est même pas enregistré au registre des œuvres audiovisuelles RPCA (CNC) est "vendu" par Reel Suspects (projeté à Berlin il y a peu). Selon une spécialiste des enfants à l'inspection du travail de Paris (document joint) le travail des enfants, car il s'agit de travail et non d'un atelier pédagogique (couverture évitant de demander la dérogation nécessaire pour faire travailler des enfant alors que celui-ci est interdit), est ILLÉGAL.

Par la présente je vous demande si dans le cadre de votre festival l'image de mon enfant, Mila Delacour (Zoé / Poussière) a été utilisée malgré mon opposition (Manuel Pradal a connaissance de cette opposition déjà méprisée à plusieurs reprises dans les festivals CINEMED et Rome 2012), si tel est le cas je vous demande donc de le confirmer par écrit.

Je tiens aussi à vous informer que l'injustice me privant de l'exercice de l'autorité parentale ne saurait être une excuse pour passer outre mon opposition à l'utilisation de l'image de mon enfant celle-ci ayant été affirmée avant la déchéance de mon autorité parentale, je précise cela car apparemment une partie de votre équipe est au courant.

Et je vous pose aussi cette question d'ordre moral (le thème du festival est bien l'amour, n'est-ce pas ?) : Aurait-on raison de mentir quand le tort est infligé à celui qui s'en révolte ?
Avec comme documents joints celui de l'inspection du travail et mon opposition.

Faut-il que je monte en haut d'une grue pour attirer l'attention, ou que je prenne un billet Euro Millions pour avoir une chance d'obtenir justice en payant un bon avocat et une enquête sérieuse ?