21 octobre 2014

Défenseur des Droits de l'Enfant

Déni de justice.

Chers parents, non content de participer à l'exploitation de vos propres enfants je vous sers de bouc-émissaire. Il s'agit là des conséquences de la corruption morale opérée par la profanation que représente la réalisation de cette fiction qui met en scène un homme-loup mangeur d'enfants et une maîtresse amnésique. Vous voulez croire que nous sommes ici dans un État de droit, accrochez-vous à ce mensonge afin de conserver votre confort illusoire et égoïste.
  1. J'ai saisi le défenseur des droits de l'Enfant non pour mon affaire familiale, mais pour le droit de Mila (et des autres enfants) de ne pas être exploitée, ne serait-ce que pour la promotion de Manuel PRADAL lors des différents festivals où le film a été projeté avec l'image de Mila au mépris de mon opposition à cela et de mon autorité parentale ensuite sanctionnée abusivement et de manière non justifiée.
  2. Prétendre qu'il n'y a pas de travail tant qu'il n'y a pas commercialisation, ou encore pas de travail pour réaliser une fiction, appartient à de la mauvaise foi caractéristique d'une secte comme la franc-maçonnerie. Ma douloureuse expérience, confronté à ces enflures au "pouvoir" me permet d'affirmer cela.
Voilà la réponse du défenseur des droits signée par Jacques TOUBON (dossier clôturé) :

Défenseur des Droits.pdf by Cyril DELACOUR

Voici mon dernier mail envoyé le 21 octobre 2014 à 14:48 :
Madame, Monsieur,

Dois-je comprendre que par votre réponse vous jugez incompétentes les DIRECCTE de l’Ardèche (en réponse au député TERRASSE) et de Paris (spécialiste du travail des enfants du spectacle) ?

Dois-je comprendre que mon autorité parentale méprisée en voulant défendre les intérêts de mon enfant n’est pas pour vous un droit défendable, ni notre vie où mon enfant s’épanouissait respectable ?

Ou dois-je simplement comprendre que votre institution est sous l’influence de la secte qu’est la franc-maçonnerie, très favorable à l’exploitation des enfants, et que vous y collaborez activement et personnellement ?

Petit rappel (constitution) :
Article 35. - Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs.

Veuillez recevoir, Madame, Monsieur, l’expression de mes salutations les plus fermes !

Cyril DELACOUR
Mail accompagné des documents de DIRECCTE évoqués :

DIRECCTE ARDECHE.pdf by Cyril DELACOUR

DIRECCTE Nadine Marzive.pdf by Cyril DELACOUR