28 mars 2013

6eme Festival du Cinéma de Pierrelatte

Du 20 au 24 mars 2013 a eu lieu le sixième festival de cinéma Avenue de Saint-Exupéry à Pierrelatte.
TOM LE CANCRE y a été projeté le dimanche 24 mars à 14h30 en présence de son réalisateur Manuel Pradal. Je n'étais pas au courant, et le lendemain il ne m'en a pas parlé. Je l'ai appris ce matin par la mère de Clément qui s'est occupé des enfants lors du tournage sur mon conseil. Il n'a pas pu assister à cette projection avec une trentaine d'autres personnes, la salle était comble.
Plaquette du festival (avec comme partenaires par ex. AREVA) recto verso (pdf).

Ce dimanche là j'étais en famille, mon frère Axel fêtant ses 30 ans, et ma fille Mila ses 6 ans. Il valait sans doute mieux que je ne sois pas au courant, j'aurais peut-être été tenté de dénoncer la dissimulation du travail que cette fiction a demandé l'été 2011 (et non en 2012) par la société de production N°7 couverte même par l'inspection du travail du secteur de son siège social (Monsieur Meignen), et d'exprimer au public ma révolte face à l'injustice qui détruit le lien avec mon enfant. La loi et la vérité sont pour moi, mais pas les autorités et les mensonges sur lesquels elles s'appuient (pouvoirs). C'est un fait. Mais je préfère consolider les liens familiaux que cette aventure a malmené, c'est donc sans regret que j'ai raté cette occasion de révéler en direct et en personne l'envers du décor aux spectateurs qui m'en auraient peut-être voulu de perturber ainsi leur loisir, leur divertissement, en me rendant coupable de troubler ainsi l'ordre public.

On m'a enlevé le quotidien d'avec mon enfant, ma femme manipulée, et je m'attends à être poursuivi pour diffuser ce témoignage ainsi que des photographies de cette "aventure" sans autorisations, ainsi que pour diffamation du député Terrasse mêlé à cette affaire, et d'en être sanctionné alors qu'en toute impunité cette entreprise à but encore non certain évolue. C'est d'une perversité sans nom, mais vous ne voulez ni l'entendre, ni le voir, ni le comprendre, n'est-ce pas ? Alors je crois que ceci est mon dernier article sur ce blog, et que le mieux que j'ai à faire est d'ignorer cet aspect très négatif des choses pour diriger mon attention ailleurs.

Circulez, il n'y a rien à voir !